Sioefrance's Blog

Just another WordPress.com weblog

Ce que l’Islam n’est pas! Tout expliqué en Anglais

Posted by sioefrance sur août 11, 2011

Publicités

Posted in Expliquer l'Islam | Leave a Comment »

Rue Myrha à Paris, zone islamique

Posted by sioefrance sur août 11, 2011

Posted in Europe, Expliquer l'Islam | Leave a Comment »

Wafa Sultan sur l’Islam

Posted by sioefrance sur août 11, 2011

Posted in Expliquer l'Islam | Leave a Comment »

Dans le monde musulman, Une femme lance un magazine érotique

Posted by sioefrance sur janvier 5, 2010

Agée de 38 ans, Joumana Haddad est une chrétienne libanaise qui a lancé, il y a trois mois de cela, un magazine érotique, ce qui lui a valu des menaces sérieuses de la part des milieux islamistes. Chaque jour, elle reçoit des dizaines de lettres d’insultes et de menaces. Elle sait que sa sécurité est compromise. Alors, elle a renoncé à conduire elle-même sa voiture et ne se déplace plus qu’en compagnie d’un chauffeur qui fait également office de garde du corps. Elle prend ces menaces très au sérieux, d’autant que son site web a déjà été piraté une quinzaine de fois, les hackers ne laissant comme unique trace que cette sentence coranique : ‘‘Il n’y a de Dieu que Dieu.’’

La revue incriminée s’appelle Jasad (le corps, en arabe). C’est l’objet de tous les délits. Sur la couverture en papier glacé, le ‘‘ J’’ de Jasad a été calligraphié sous forme de menottes ouvertes. ‘‘Pour montrer qu’avec ce magazine, je cherche à briser le tabou sexuel’’, dit Joumana Haddad. Son magazine est vendu sous cellophane dans les librairies libanaises, ‘‘pour éviter d’attirer le regard des trop jeunes’’ ; quant aux lecteurs des pays voisins, ils peuvent acquérir Jasad en souscrivant un abonnement, c’est plus discret !

Au sommaire du premier numéro : des reproductions d’aquarelles détaillant différentes pauses du Kama-sutra, un dossier sur l’homosexualité et une rubrique ‘‘Ma première fois’’, où une personnalité raconte ses ébats sexuels… Le succès est immédiat : 4 000 exemplaires vendus en onze jours ! Le deuxième numéro, qui vient de paraître, rend hommage au… pénis. Reproduction de sculptures, analyse étymologique du mot, conseils, tout y passe. À en décoiffer un cheikh enturbanné !

‘‘Arrêtons l’hypocrisie’’

Les risques de fatwas, Joumana préfère ne pas y penser. ‘‘Arrêtons d’être hypocrites et de traiter le corps comme s’il s’agissait d’une chose honteuse’’, s’insurge-t-elle. D’ailleurs, tient-elle à rappeler, ‘‘nos détracteurs devraient se replonger dans notre passé litté-raire, Le Jardin parfumé, un manuel d’érotisme rédigé par Cheikh Nefzaoui, ou Les Mille et Une Nuits, qui feraient rougir le plus libéré des Occidentaux.’’

Dans la maison de Joumana, des exemplaires du magazine traînent un peu partout, ses deux fils âgés de 10 et 16 ans sont libres de les feuilleter. ‘‘Quand on voit ce que les jeunes regardent en cachette sur les sites pornos de l’Internet, Jasad n’a franchement rien de provoquant !’’ déclare Joumana. ‘‘J’avais 12 ans quand j’ai lu le marquis de Sade, que mon père avait camouflé dans sa bibliothèque. Audacieuse, je l’ai toujours été’’, se souvient-elle.

Elle confie que ‘‘de grandes marques, comme L’Oréal, craignent d’acheter des encarts publicitaires dans le magazine, par peur de choquer leurs clients des pays du Golfe’’, ce qui est tout a fait paradoxal quand on songe que les trois quarts des abonnés de Jasad sont justement… saoudiens.

Source : Le Figaro

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Leave a Comment »

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

Posted by sioefrance sur janvier 2, 2010

Trouve sur blog Raymond Viger
Lisa Melia. Dossier Immigration.

Ma vie à contre-Coran est le résultat du travail précis et de l’expérience personnelle de Djemila Benhabib. Née en Ukraine et élevée en Algérie, dans une famille de scientifiques épris de liberté et de connaissance, la jeune Djemila s’enflamme très vite pour des valeurs telles que la liberté de conscience, la liberté religieuse, les droits des femmes et les droits humains. Mais pendant la décennie noire de 1990, son pays connaît une islamisation qui force la famille Benhabib à l’exil, vers la France, pour échapper à la mort promise par le Front islamique du salut (FIS). Djemila finira par partir seule vers le Québec, où elle vit depuis.
L’islamisation de l’Algérie

Comment les islamistes intégristes peuvent prendre en otage un pays, imposer de nouveaux codes de vie, et instaurer une véritable terreur? Comment ces mêmes groupes, dans les sociétés occidentales, ont de plus en plus d’influence et réussissent à contrôler les populations immigrées, de sorte à créer une société dans la société qui n’obéit plus qu’à ses propres règles, celles de la Charia? Djemila Benhabib sait tout cela sur le bout des doigts, elle l’a vécu, en direct, au fur et à mesure que la situation, en Algérie, allait de pis en pis. Quand j’ai terminé ma lecture de Ma vie à contre-Coran, j’en savais plus sur l’expérience personnelle de son auteur, sur les tentatives d’islamisation de nos sociétés occidentales, et sur l’histoire de l’Algérie. Écrire a cependant été une épreuve: «C’était très privé. C’était aussi très douloureux. Mais j’étais arrivée à un point de ma vie où j’avais le devoir de témoigner. Je ne l’ai pas fait pour le plaisir de raconter ma vie, mais pour que les gens sachent et comprennent, qu’ils prennent conscience des enjeux et du danger de l’islamisme politique, qu’ils décident de le combattre.»
Les fondamentalistes dans les sociétés occidentales

1994, Oran: la famille Benhabib quitte l’Algérie pour survivre, à cause des menaces de mort du FIS. Ils ont déjà perdu tellement d’amis, «de véritable trésors, humainement.» Mais arrivés en France, là où ils devaient être loin de tout fondamentalisme religieux et à l’abri, ils voient le spectre de l’islamisme politique s’insinuer dans les familles immigrées et dans la société. Djemila part alors au Québec seule, ce qu’elle vit comme une véritable renaissance. Cependant, depuis quelques années, elle constate dans son nouveau pays d’adoption le même processus que celui qu’elle avait constaté en France. Les accommodements raisonnables ont été le comble. Le danger, pour elle, est «de faire passer du politique à travers des revendications culturelles et religieuses. L’islamisme est politique, certainement pas religieux ou culturel. Le religieux appartient à la sphère privée. La société n’a pas besoin d’endosser les choix confessionnels de chacun.» Elle estime que la commission Bouchard-Taylor aurait du permettre un débat sur la place de la religion dans l’espace public, ce qui n’a pas eu lieu. «La première chose est de poser le diagnostic. Il faut reconnaître le danger et le combattre. Il est intolérable qu’aujourd’hui, au Canada, dans des caves à Montréal ou à Toronto, des imams déversent leur haine du monde occidental et appellent à la violence. Ils embrigadent les jeunes.»

Rencontrer Djemila Benhabib, échanger avec elle, c’est écouter une femme qui n’a pas peur de se dresser contre «les fous d’Allah», comme elle les appelle, malgré tous les risques et au nom des valeurs fondamentales que sont l’égalité homme-femme, la liberté d’expression, la laïcité. Une véritable leçon de tolérance et d’engagement qui met en garde contre tous les fondamentalismes, mais aussi contre les idées reçues.

Ma vie à contre-Coran, Djemila Benhabib, éditions VLB, 2009

Par ailleurs, une entrevue avec Djemila Benhabib à propos du féminisme islamique a eu lieu, dossier en préparation pour le numéro de Reflet de Société de septembre.

Mise à jour du 15 mai: depuis le 9 mai, Djemila Benhabib réagit dans le débat relancé sur le port des signes religieux dans les institutions publiques.

Posted in Expliquer l'Islam | Tagué: , | Leave a Comment »

Ayaan Hirsi Ali : « Nous sommes en guerre contre l’islam »

Posted by sioefrance sur décembre 26, 2009

Par Bonard Guillaume Amiens le 15/07/2009 à 20:29
Ayaan Hirsi Ali : « Nous sommes en guerre contre l’islam »

Interview d’Ayaan Hirsi Ali dans le magazine Reason, hirsiali.wordpress.com

Reason : Devrions-nous reconnaître que la religion a parfois déclenché des mouvements d’émancipation qui pourraient faire entrer l’islam dans la modernité ? Par exemple, l’esclavage aux Etats-Unis a été combattu par les catholiques. L’église polonaise a contribué à la défaite de Jaruzelski… Pensez-vous que l’islam pourrait être à l’origine de changements politiques et sociaux similaires ?
Hirsi Ali : Uniquement si l’islam est vaincu. Car actuellement, c’est le versant politique de l’islam, expansionniste et avide de pouvoir, qui a pris le dessus sur le soufisme et l’islam «pacifique».

Reason : Voulez-vous dire si l’islam radical est vaincu ?
Hirsi Ali : Non. L’islam tout court. Une fois qu’il sera vaincu, il pourra muter en quelque chose de pacifique. Il est extrêmement difficile de parler de paix actuellement. La paix ne les intéresse pas.

Reason : Voulez-vous dire qu’il faudrait écraser 1,5 milliards de musulmans ? Que voulez-vous dire quand vous dites qu’il faut «vaincre l’islam» ?
Hirsi Ali : Je pense que nous sommes en guerre contre l’islam. Et qu’il n’y a pas de demi-mesure dans la guerre. L’islam peut-être vaincu de différentes manières. Tout d’abord, il faut arrêter de répandre l’idéologie elle-même. Actuellement, il existe des occidentaux qui se convertissent à l’islam ; ce sont parfois les plus fanatiques. Il existe également une infiltration de l’islam dans les écoles et dans les universités. Il faut que cela soit stoppé. Il faut interdire que les symboles et les effigies [ndlr : drapeaux, croix etc…] soient brûlés. Il faut regarder les musulmans dans les yeux, bander ses muscles et dire : «Ceci est un avertissement. Nous n’acceptons plus cela». Il vient un moment où un ennemi doit tout simplement être écrasé.

Reason : Militairement ?
Hirsi Ali : De toutes les façons possibles. Et si vous ne le faites pas, il vous faudra vivre alors en vous apprêtant à être écrasé.

Reason : Allons-nous réellement vers quelque chose de si terrible ?
Hirsi Ali : Oui, je pense que c’est vers cela que nous allons. Parce que l’Occident est dans le déni de la réalité depuis longtemps. Il n’a pas répondu à certains signaux qui étaient moins forts et plus faciles à traiter. Il faut maintenant faire des choix. Voila le dilemme : l’Occident est une célébration de la vie, de la vie de tout le monde, même de celle de ses ennemis. Comment pouvez-vous être à la fois fidèle à cette philosophie et en même temps vous défendre contre un ennemi puissant qui cherche à vous détruire ?

Reason : George Bush, qui n’est pas la personne la plus conciliante que l’on connaisse, a déclaré à maintes occasions que nous ne sommes pas en guerre contre l’islam.
Hirsi Ali : Si l’homme le plus puissant de l’Occident déclare cela, alors, sans le vouloir, il laisse les islamistes radicaux penser qu’ils ont déjà gagné. Il n’existe pas d’islam modéré. Il existe des musulmans passifs, qui ne suivent pas toutes les règles de l’islam, mais il n’y a bien qu’un seul islam, défini comme la soumission à la volonté de Dieu. Et il n’y a rien de modéré en cela.

Reason : Et lorsque même un critique de l’islam aussi virulent que Daniel Pipes déclare : «L’islam radical est le problème, mais l’islam modéré est la solution», a-t’il tort ?
Hirsi Ali : Il a tort. Désolé. (…)

Reason : En Hollande, vous vouliez introduire un permis spécial pour les écoles islamiques.
Hirsi Ali : Je voulais que ces écoles disparaissent. Je voulais qu’elles soient fermées, mais mon parti a dit que cela ne serait pas voté. Les dirigeants m’ont dit en privé qu’ils étaient d’accord avec moi, mais que nous n’obtiendrions pas de majorité. Ca n’a pas abouti.

Reason : Votre proposition allait à l’encontre de la constitution hollandaise qui garantie la liberté d’enseignement des mouvements religieux. Vous battriez-vous de nouveau contre cela ?
Hirsi Ali : Absolument

Reason : Et ici aux USA, vous militez pour l’interdiction…
Hirsi Ali : l’interdiction de toutes les écoles musulmanes. Fermez-les. Cela semble extrémiste, je sais. Il y a 10 ans, les choses étaient différentes, mais maintenant le génie jihadiste est sorti de la bouteille. J’ai dit la même chose en Grande-Bretagne et en Australie, et on me répond toujours : “la constitution ne l’autorise pas”. Mais d’où viennent ces constitutions ? Il n’existait aucune école musulmane quand ces constitutions ont été rédigées. Il n’y avait pas de jihadistes. Ils ne pouvaient même pas y penser. Les constitutions occidentales ne sont pas infaillibles. Elles sont le produit de la raison et la raison nous enseigne que l’on ne progresse que quand on analyse la situation et que l’on agit en conséquence. Aujourd’hui, les circonstances sont différentes, la menace est différente. Les constitutions peuvent être adaptées. Et parfois elles le sont. La constitution américaine a été amendée plusieurs fois. Les constitutions ne sont pas comme le coran, non négociables, intangibles et figées. Je suggère de fermer les écoles musulmanes. Vous me répondez «non, ça n’est pas possible». Le problème que je pointe du doigt devient de plus en plus massif. Vous me dites alors «OK, nous allons les décourager d’en ouvrir.» Et malgré cela, le problème continue de prendre de l’ampleur. Et dans quelques années, la situation sera si mauvaise que vous prendrez la décision que je préconisai. Mais trop tardivement (…)

Reason : Pensez-vous que les musulmans sont mieux intégrés aux USA qu’en Europe ?
Hirsi Ali : (…) Oui, j’ai l’impression que les musulmans sont beaucoup mieux intégrés ici qu’en Europe. Etre assimilé ne veut pas dire que vous ne deviendrez pas jihadiste, mais la probabilité semble beaucoup moins forte qu’en Europe. Tout d’abord, aux USA, il n’y pas réellement d’Etat providence. En Hollande, Mohammed Bouyeri avait tout le temps nécessaire pour préparer le meurtre de Theo Van Gogh. Aux Etats-Unis, les musulmans doivent trouver du travail. Ce qui pousse les gens à s’assimiler ici, c’est parce que c’est cela qu’on exige d’eux. Les gens ne sont pas chouchoutés par le gouvernement et les allocations. Il existe une forte culpabilité aux Etats-Unis, mais elle est liée aux noirs américains et aux indiens, pas aux musulmans ou aux autres immigrés. L’américain moyen ne fait pas de différence entre les immigrés, qu’ils viennent de Chine, du Vietnam ou de pays musulmans. La culpabilité en Europe est très différente. Elle se réfère au colonialisme, à l’apartheid en Afrique du Sud, à l’holocauste… La situation est beaucoup plus complexe, et les européens sont plus réticents quand il s’agit de dire «non» aux immigrés. Les immigrés musulmans ne sont pas venus en Europe avec l’idée de s’assimiler : ils sont d’abord venus pour travailler, gagner de l’argent et repartir. Les générations suivantes sont venues non pas pour travailler mais pour profiter de l’Etat-providence et des allocations de toutes sortes. L’assimilation ne les préoccupe pas vraiment. (…)

Reason : le mot «tolérance» est probablement l’un des plus importants pour définir la façon dont les hollandais se voient eux-mêmes. Cela fait qu’il est très facile quand l’on est critiqué de se dire victime d’intolérance, et de là, discriminé, ou victime d’islamophobie, ou de racisme…
Hirsi Ali : Il faut revenir au sens premier du mot «tolérance». Il signifiait que l’on pouvait être en désaccord, mais sans recourir à la violence. Cela impliquait une réflexion critique sur soi, cela ne voulait pas dire tolérer l’intolérance. Cela signifiait aussi un haut degré de liberté individuelle. Puis les musulmans sont arrivés. Et ils n’avaient pas grandi avec cette compréhension de la tolérance. Très vite, la tolérance s’est retrouvé redéfinie par le «multi-culturalisme» et l’idée que toutes les cultures et toutes les religions sont égales. Cela a créé de grandes attentes parmi les musulmans. On leur a dit qu’ils pouvaient conserver leur propre culture, leur religion etc… Et le vocabulaire s’est rapidement transformé et désormais, si vous critiquez une personne de couleur, vous êtes raciste, et si vous critiquez l’islam, vous êtes islamophobe.

Reason : Le corollaire du mot «tolérance» est probablement «respect». Le supposé manque de respect est devenu un abcès de fixation entre l’islam et l’occident. (…) Pensez-vous que c’est cela que les musulmans veulent réellement, du respect ?
Hirsi Ali : Cela n’a rien à voir avec le respect. Cela a à voir avec le pouvoir. L’islam est une idéologie politique. Mais je pense qu’en réalité, le problème n’est pas l’islam. C’est l’Occident le problème. L’Occident est persuadé que son système est invincible, que tout le monde se modernisera de toute façon, que ce que l’on voit dans les pays musulmans est une demande de respect. Ou que c’est à cause de la pauvreté, ou de la colonisation, ou que sais-je encore… Cette idée occidentale qui veut que si nous les «respectons», ils nous respecterons, que si nous sommes conciliants ou accommodants, le problème disparaîtra, est un leurre. Le problème [de l’islam] ne disparaitra pas. Affrontez-le ou il deviendra de plus en plus massif.

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Propagande islamique sur France 3

Posted by sioefrance sur décembre 16, 2009

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Propagande pro-islam sur France 2

Posted by sioefrance sur décembre 16, 2009

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Leave a Comment »

Video: Islam combat l’Occident

Posted by sioefrance sur décembre 16, 2009

Posted in Expliquer l'Islam | Leave a Comment »

Les Français de plus en plus hostiles aux mosquées

Posted by sioefrance sur décembre 2, 2009

FIGARO- cécilia Gabizon
02/12/2009 | Mise à jour : 19:29 | Ajouter à ma sélection
La mosquée de Créteil (val-de-Marne). Crédits photo : AFP
Selon un sondage Ifop, 41 % des personnes interrogées s’opposent à l’édification de lieux de culte musulmans contre 22 % en 2001.

Si les Suisses ne s’étaient préoccupés des minarets, la France les aurait probablement ignorés. Mais une fois le sujet lancé, l’opinion s’est enflammée. Quelque 46 % des Français interrogés par l’Ifop sont favorables à leur interdiction. Près de 40 % les acceptent et 14 % ne se prononcent pas. «Les Français sont partagés, note le responsable du sondage Jérôme Fourquet. Mais la crispation autour de l’islam n’a jamais été aussi forte.»

Ce ne sont plus seulement les minarets qui fâchent, mais bien les mosquées. Seuls 19 % des Français acceptent qu’on en construise si des fidèles les demandent. C’est la proportion la plus faible de ces vingt dernières années. Tandis que le nombre d’opposants a retrouvé le niveau des années 1980. «À l’époque, le Front national émergeait, tout comme SOS-Racisme et les grandes manifestations», rappelle Jérôme Fourquet. En 1989, 38 % des Français refusaient de voir une mosquée près de chez eux. Les décennies suivantes voient ce rejet faiblir. En 2001, y compris après les attentats du 11 Septembre, il ne restait qu’un noyau de 22 % d’opposants. Les autres ayant alors rejoint le camp des indifférents (46 %). «En 2009, avec le retour des tensions, l’opinion s’est radicalisée sur la place de l’islam en France et se prononce clairement contre sa visibilité», analyse Jérôme Fourquet. Quelque 41 % des sondés refusent maintenant la construction d’une mosquée.

«Comme si vingt ans de droit à la différence ou encore la laïcité positive prônée par Nicolas Sarkozy n’avaient été qu’un discours de surface, sans prise avec le pays», soulève l’Ifop. Le président avait même envisagé de toiletter la loi de 1905 pour permettre le financement public du culte musulman. Tandis que les services de l’État priaient les maires de s’impliquer pour sortir l’islam de lieux de culte insalubres. Or, cette «normalisation» de l’islam voulue par le gouvernement et les élites politiques se révèle brutalement à contre-courant de l’opinion. Le décalage est particulièrement marqué pour les électeurs de Nicolas Sarkozy. Ils sont 48 % à refuser l’édification de mosquées et 55 % à repousser les minarets. Et seulement 25 % (mosquées) et 33 % (minarets) parmi ceux qui ont voté Ségolène Royal ou François Bayrou.

Hormis les professions libérales, les plus jeunes et les plus âgés, tous se montrent réticents. Les ouvriers sont les plus mobilisés. 65 % contestent l’édification des mosquées, suivis par les professions intermédiaires, les artisans et les commerçants. Qu’ils vivent à la campagne ou en ville, les Français s’inquiètent. Et particulièrement dans le Nord-Est et le Sud-Est. L’Ile-de-France est moins crispée.

Sur le site du figaro.fr, près de 49 000 lecteurs ont répondu à la Question du jour de mardi « Faut-il interdire la construction de nouveaux minarets en France ? » pour plébisciter l’interdiction à 73 %. En Allemagne, Der Spiegel a obtenu dans les mêmes conditions 78 % d’opposants aux minarets. Alors même que l’immigration est mieux acceptée en France que dans les autres pays européens, selon les récents sondages, «l’islam inquiète. Il reste perçu comme une religion de conquête», décrypte-t-on à l’Ifop. «Son expansion et ses rites collectifs heurtent le fond catholique de notre société.» Le minaret, même sans muezzin, apparaît comme le symbole «trop voyant» de la présence musulmane en France.

Posted in Europe | Tagué: , , , , | Leave a Comment »